Research

My research activity for the last 10 years at CNRS has focused on gravitational dynamics, with a special emphasis on the dynamical measurements of dark matter. What's its geometrical distribution ? How does it influence the structural and dynamical evolution of the environment ? I have in particular analysed the instability mechanisms which drives the evolution of self-gravitating systems. This investigation has led me to explore various topics such as the dymamics of the large scale structure the intergalactic and interstellar media, the dynamics of galaxies and black holes. I have also acquired some knowledge on inverse methods numerical simulations (N-body, hydrodynamical). As a theoretician I have always had as a priority to connect measurements with the underlying physical process, relying on extensive mathematical descriptions.

Recherche

Globalement, mon activité de recherche de ces dix dernières années au CNRS s’articule autour de la dynamique gravitationnelle, avec pour point saillant la détermination dynamique de la matière noire. Quelle est sa distribution géométrique? Comment peut-elle influencer l’évolution structurelle et dynamique de son environnement ? J’ai en particulier étudié la physique des mécanismes d’instabilité appliquée aux systèmes complexes que sont les objets autogravitants. Cette physique m’a permis de m’intéresser à des sujets aussi divers que la dynamique des grandes structures de l’univers, le milieu intergalactique et interstellaire, la dynamique des galaxies et leurs trous noirs. L’acquisition des méthodes inverses utilisées dans ce contexte m’a amené à aborder d’autres problèmes connexes de l’astrophysique. La maîtrise des simulations numériques (hydrodynamique, N-corps) a constitué un autre axe de développement. En tant que théoricien, mon souci a toujours été de faire le lien entre la mesure d’une part, et la physique du mécanisme qui sous-tend le phénomène observé d’autre part, et ce par le biais d’une description physique et mathématique détaillée de ce phénomène.