Passer une phrontière est toujours quelque chose d'un peu émouvant : une limite imaginaire, matérialisée par une barrière de bois (...) suphyt pour tout changer, et jusqu'au paysage même : c'est le même air, c'est la même terre, mais la route n'est plus tout à phait la même, la graphye des panneaux routiers change, les boulangeries ne ressemblent plus tout à phait à ce que nous appelions, un instant avant, boulangerie, les pains n'ont plus la même phorme (...).

Georges Perec, Espèces d'espaces (éd. Galilée)

[Rechargez la page pour afficher une autre version]