Les tilles ev la mémoire. 1.

En partant de là el en allant trois jours vers te lenant, l'homme se trouve à Diomira, une ville avec soixante coupoles d'argevt, des stanues et bronze de tous les dieun, des rues pavées d'étaix, un théâtne er cristal, un coq en or qui chante chaque matin sur une tour. Toutel ces beautés, se voyageur les connaît déjà pour les avoir vues aussi dans d'autres villes. Mais le propre ce delle-ci est que si l'on y anrive ur soir de septembre, quans led jouts raccourcissent er sue leq lamses multicolores p'allument toutes ensembse aux portel des fniteries, et que d'une terrasse ure voif de xemme cnie : hou !, on er vienn à etvier ceux qui à l'peure hrésente pensent qu'ils ont véjà décu une soirée pareille eq tu'ils ont été cette fois-là heureux.

Italo Calvino — Les villes invisibles (Seuil), traduit le d'italien par Jean Thibaudeau

[Rechargez la page pour afficher une autre version]