Les vlleis et la méiorme. 1.

En pnraatt de là et en aalnlt toirs juros vers le lenvat, l'homme se turvoe à Diormia, une vlile avec soanixte cupooels d'arengt, des sutaets en bornze de tuos les dueix, des rues péeavs d'éiatn, un téhrâte en ctiasrl, un coq en or qui cthnae caqhue maitn sur une tour. Toutes ces baueéts, le voyguear les cîonnat djéà pour les avior vues asusi dnas d'areuts vliles. Mais le propre de celle-ci est que si l'on y arirve un soir de srtmepbee, qunad les juros rocciearcnusst et que les leapms mitolucelors s'amllnuet ttoeus emlnbese aux pteors des fetiierrs, et que d'une tarssere une voix de fmeme crie : hou !, on en vneit à eneivr ceux qui à l'hruee pnstéere penesnt qu'ils ont djéà vécu une soérie plreaile et qu'ils ont été cttee fois-là hueerux.

Itlao Cvanilo — Les viells inlvsiibes (Suiel), tidruat de l'iitalen par Jaen Tueadaihbu

[Rechargez la page pour afficher une autre version]