Les vellis et la momriée. 1.

En paarntt de là et en alnlat trois jrous vers le levnat, l'homme se truove à Dimrioa, une vllie aevc sniaxtoe coopleus d'anregt, des seatuts en bzrone de tous les dueix, des reus paveés d'éiatn, un tértâhe en ctarsil, un coq en or qui chnate cauqhe mtian sur une tuor. Teutos ces btéaeus, le veyaogur les cnoaînt djéà puor les aivor veus assui dans d'atures vlleis. Mias le poprre de clele-ci est que si l'on y arvrie un sior de smrpeebte, quand les jours rcaresouccisnt et que les lempas muiolcrolets s'aemllnut teotus elnebmse aux poters des ftreeiirs, et que d'une taressre une voix de femme cire : hou !, on en veint à enveir cuex qui à l'heure pntrseée pneesnt qu'ils ont djéà vcéu une sriéoe plalreie et qu'ils ont été ctete fios-là hrueeux.

Ilato Clivano — Les vliles islbevniis (Sueil), tiudart de l'iliaetn par Jaen Thaieabudu

[Rechargez la page pour afficher une autre version]