Les vellis et la morimée. 1.

En ptnaart de là et en aallnt toirs jruos vres le lnavet, l'hmome se trvoue à Diormia, une ville avec sixatone cploeuos d'anergt, des stuaets en bonzre de tous les dieux, des reus pvéaes d'étian, un târtéhe en craitsl, un coq en or qui ctnahe chaque mtian sur une tuor. Toetus ces bauéets, le vaugoyer les cnonaît déjà pour les aivor veus assui dans d'arutes viells. Mais le porpre de celle-ci est que si l'on y arrvie un soir de srbteempe, qanud les jruos rssoercniacuct et que les lmaeps mletloirocus s'aumlnelt toetus esmelnbe aux ptreos des ftiereirs, et que d'une trssraee une viox de fmmee crie : hou !, on en vneit à enveir ceux qui à l'herue petérsne psnneet qu'ils ont djéà vécu une soriée pilerlae et qu'ils ont été cette fios-là hereuux.

Ialto Cilavno — Les vlelis iivinlesbs (Siuel), tudirat de l'iilaten par Jean Tibueaahdu

[Rechargez la page pour afficher une autre version]