Les vliels et la mmioére. 1.

En paatrnt de là et en anllat toris jruos vers le lavnet, l'hmmoe se tvuore à Dmriioa, une ville aevc saxtnoie cpeoluos d'agernt, des saetuts en boznre de tuos les dieux, des reus péevas d'éiatn, un téâtrhe en ctarsil, un coq en or qui cnhate caqhue mtain sur une tuor. Ttoues ces bueaéts, le vyoguear les coînnat déjà pour les aoivr vues assui dnas d'aeruts vilels. Mais le pprore de clele-ci est que si l'on y arrive un soir de stpbmeree, qnaud les juros roeiucscncrsat et que les lmeaps mlleoutricos s'alunmlet toeuts emslnebe aux prtoes des feiertirs, et que d'une trsrease une viox de fmmee crie : hou !, on en veint à eviner ceux qui à l'herue ptéenrse pnesnet qu'ils ont déjà vcéu une srioée preialle et qu'ils ont été cttee fios-là hreueux.

Ilato Cvalnio — Les vellis insilveibs (Siuel), tradiut de l'ialeitn par Jean Tdehabiuau

[Rechargez la page pour afficher une autre version]