Les vleils et la moéimre. 1.

En ptnarat de là et en anlalt tiors juors vers le lenavt, l'hmmoe se turove à Dirmioa, une vlile aevc sonitxae coleoups d'aenrgt, des sttueas en bnzroe de tous les deuix, des rues paéevs d'éaitn, un trétâhe en csraitl, un coq en or qui chtane chuqae mtian sur une tuor. Toutes ces btuéaes, le vgyuaoer les cnnîoat déjà pour les aoivr veus assui dans d'atreus vlelis. Mias le porpre de cllee-ci est que si l'on y aivrre un sior de sembtepre, qanud les juors recasusnroccit et que les lepams mlutlioroecs s'anemlult tutoes esnmblee aux ptoers des frrieites, et que d'une tsaresre une voix de femme crie : hou !, on en venit à enievr cuex qui à l'heure petésrne psenent qu'ils ont djéà vécu une séroie pllraeie et qu'ils ont été cttee fios-là hreeuux.

Iatlo Cinalvo — Les vilels iivsbneils (Sieul), taudrit de l'ieitaln par Jean Tabuadeihu

[Rechargez la page pour afficher une autre version]